top of page
Roberto Zucco ADC Zucco
Roberto Zucco ADC Zucco

Otage 2

press to zoom
Roberto Zucco ADC Zucco
Roberto Zucco ADC Zucco

Elegant Lady

press to zoom
Roberto Zucco ADC Zucco
Roberto Zucco ADC Zucco

Final

press to zoom
Roberto Zucco ADC Zucco
Roberto Zucco ADC Zucco

Otage 2

press to zoom
1/3

Roberto Zucco - spectacle en anglais

Texte Bernard-Marie Koltès

Mise en scène Gérald Garutti

Lors de sa création en 1988, la dernière pièce de Bernard-Marie Koltès Roberto Zucco a provoqué un scandale en portant sur scène le tueur Roberto Succo, moins d’un an après sa mort. Au-delà de ces circonstances, Roberto Zucco présente la folie meurtrière d’un homme sans y chercher l’explication : Koltès y voit là une forme de vie sans logique, échappant à la raison commune et s’inscrivant dans le mystère ; en un sens la perdition elle-même. La mise en scène cherche à rendre cette atmosphère étrange et noire où les questions s’enchaînent sans autre réponse que la violence même de Zucco. 

La pièce nous plonge dans un espace principalement constitué par les labyrinthes des personnages : s’ils apparaissent d’abord dans la clarté de leurs actions, ils se révèlent finalement dans le chaos de celles-ci. Sur scène, il s’agit de creuser le sens, entre l’intrigue implacable du film noir et le chevauchement des possibles propre à l’expressionnisme. Tandis que l’histoire se résout dans la mort de Zucco, le temps de l’action se déplie à l’infini pour exprimer l’impossible don de sens.

Avec Charlie Anson puis Harry Adamson, Nina Bowden, Martin Brown, Emily Chapell, Kathryn Evans, Jez Jameson, Frances MacMillan, Loïs Parker-Smith puis Véronique Ringuède, Ina Popova, Kate Prentice, Olivier Ward, Michael Winawer, Sam Yates, Ollie Jeb ou David Toweris

Assistant à la mise en scène Alfie Spencer
Lumières Tom White
Scénographie Sabin Pearcey
Costumes : Sarah Pearcey
Accessoires Emma Newton
Musique Jonathan Styles

Production : CAD’S & ADC Theatre
Création le 13 mai 2003 à l’ADC Theatre (Cambridge)
Reprise : Théâtre Koltès (Nanterre), Théâtre Kantor (Lyon)

"Un style dense de film noir se combine à l’expressionnisme des lumières et du décor pour créer un spectacle stimulant, provocant et inoubliablet

Sureka Fernando, Cambridge Evening News, 14 mai 2004

Un trajet invraisemblable, un personnage mythique, un héros comme Samson ou Goliath, monstres de force, abattus finalement par un caillou ou par une femme.

Koltès

bottom of page